Bulletin de Veille BPA n°6

RISQUES LIES AU BISPHENOL A :

ARTICLES PARUS EN MARS-AVRIL-MAI 2010

DANS LA LITTERATURE SCIENTIFIQUE (Source Medline)

 

ANALYSE GÉNÉRALE

 

Chez l’homme :

● Effet sanitaires :

– Les taux de BPA retrouvés dans le sang des jeunes filles ayant une puberté précoce est plus élevé que celui des jeunes filles ayant une puberté normale. Ces résultats sont également en corrélation avec le volume augmenté de l’utérus et des ovaires.

– L’augmentation du BPA dans les urines est associée à une dégradation de la fonction sexuelle masculine.

– L’étude « Study for Future Families » suggère qu’une exposition à des niveaux environnementaux faibles de BPA pourrait être associée à une réduction modeste des marqueurs de la testostérone libre, mais que les effets sur la fonction reproductrice sont probablement mineurs.

– Le Bisphenol A diglycidyl ether (BADGE), composant des résines époxy utilisées pour l’enrobage à l’intérieur des boîtes de conserves, inverserait l’effet protecteur de la pioglitazone utilisée dans le traitement de la maladie de Huntington.

– Une évaluation des études récentes suggère que les preuves des effets délétères de l’exposition de l’homme au BPA sont incomplètes, mais suffisantes pour suggérer que la limitation de l’exposition est justifiée, notamment pour les enfants et les femmes enceintes.

● Effets sur les cellules

– Le Bisphenol A (BPA) affecte la production et la sécrétion d’adiponectine.

– Transfert placentaire : 2 études montrent qu’il existe une exposition fœtale au BPA à travers l’échange placentaire entraînant des conséquences potentiellement néfastes pour le développement du placenta et du fœtus.

– Le BPA peut modifier l’expression des gènes des miARN dans les cellules placentaires, un mode potentiellement nouveau de toxicité du BPA. D’autres études démontrent que le BPA est capable de perturber de manière non-génomique l’activité des canaux potassiques des cellules musculaires lisses.

 

Chez l’animal :

● Chez le rat :

– L’exposition à de fortes doses de BPA induit des modifications du système de reproduction et du système endocrinien avec développement du Syndrome des ovaires polykystiques.

– Le BPA agit sur le développement des neurones hypothalamiques, perturbant la différenciation sexuelle des rongeurs.

– Le BPA associé à la génistéine –que l’on trouve dans le soja– provoque des malformations et anomalies du système nerveux central chez les embryons. Les femmes enceintes devraient donc éviter les compléments de soja afin d’éviter toute synergie avec le BPA.

– Une nouvelle étude montre que le BPA provoque des modifications protéomiques de la glande mammaire. Ces résultats permettront de mieux appréhender la façon dont la glande se cancérise.

● Chez la souris :

– L’exposition au BPA durant la gestation favorise l’apparition de l’endométriose chez les descendantes.

– Remise en question des conclusions d’une étude précédente qui trouvait un lien entre obésité et exposition au BPA périnatale.

– Relation significative entre une exposition de souris gestantes à de faibles doses de BPA et le développement de pré-diabète (résistance à l’insuline, modification de la tolérance au glucose etc.) chez les mères et les mâles de la première génération. Ces effets apparaissent à une exposition au BPA à des doses cinq fois inférieures à la DJA établie par l’EFSA.

– Une étude révèle que l’exposition in utero au bisphénol A (BPA) ou au diéthylstilbestrol (DES), peut programmer un fœtus à vie. Les femmes adultes qui ont été exposées in utero au BPA pourraient avoir un risque accru de cancer du sein, comme c’est le cas pour les femmes dont les mères ont été exposées au DES.

– Selon une étude japonaise l’exposition au BPA par voie alimentaire entre (0,33 et 33 ppm) n’a pas affecté la reproduction ou le développement de deux générations de souris. Cette donnée est contradictoire avec les études publiées en octobre 2009.

● Chez la poule :

– Une étude montre que l’administration de BPA des doses élevées affecte le développement embryonnaire d’une façon négative avec une durée d’incubation plus courte et une réduction de la densité et de l’épaisseur glandulaires et tubulaires utérines de la tunique muqueuse.

● Chez les amphibiens :

– Une étude a révélé qu’un traitement au BPA sur le crapaud sonneur oriental avait réduit respectivement l’activité de l’aromatase à 47% et 32% sans affecter ses niveaux d’ARNm.

● Chez les poissons :

– Génotoxicité du BPA : Sur des embryons de poissons zèbres, une exposition au BPA à faible dose a provoqué des modifications de l’expression de 50 gènes. Cette étude pourrait confirmer les mécanismes de la toxicité morphologique et les perturbations du métabolisme observées dans une étude antérieure.

 

Exposition environnementale :

● Imprégnation :

– Les données provenant de l’enquête américaine : »National Health and Nutrition Examination Survey » (NHANES) menée entre 2005 et 2006 indiquent que l’apport moyen quotidien de BPA de la population totale aux USA serait d’environ 30ng/kg/jour (L’estimation européenne est de 400 ng/kg/j). Cette consommation moyenne serait statistiquement plus élevée chez les hommes que chez les femmes et diminuerait avec l’âge. L’enquête conclue que la consommation de sodas, de repas pris à l’école ou à l’extérieur, hormis l’eau en bouteille et le thon en boîte, était statistiquement associée avec des niveaux urinaires de BPA plus élevés.

● Sources d’exposition :

– Biberons :

· Il est confirmé que le niveau de migration du bisphénol A dans l’eau contenue dans des biberons en polycarbonate augmente avec l’usure du biberon (dès 3 mois d’utilisation) et la température de l’eau.

· Une étude chinoise met en évidence la présence de bisphénol A (BPA), de 4-nonylphénol (4-NP), et de triclosan (TCS) dans les biberons.

– Boîtes de conserve :

· Le bisphénol A diglycidyl éther (BADGE) utilisé dans la fabrication du revêtement des boîtes de conserves migre vers le contenu et se détériore au contact des denrées alimentaires.

– Livres pour enfants :

· Une étude japonaise montre que les livres pour les tout petits émettent du BPA que les nourrissons ingèrent lorsque qu’ils les portent à la bouche. Il est donc souhaitable de réduire l’utilisation du BPA dans l’impression de livres pour enfants pour protéger leur santé.

– Eaux urbaines :

· Une étude Germano-Suisse révèle la présence de BPA et 4-nonylphénol dans les eaux urbaines.

 

Métabolisme, biomonitoring :

● Chez le rat, le BPA conjugué (BPA-GA) après passage du placenta est déconjugué par le foetus et comme celui-ci a par ailleurs une déficience ennzymatique par rapport à l’adulte, le foetus est ainsi plus exposé au BPA libre que l’adulte.

● Chez la souris, le BPA ne s’accumulerait pas dans les organes cibles du fœtus après traitement de la mère gestante à qui on avait injecté du BPA en intrapéritonéal.

● Deux études remettent en cause les méthodes du panel de l’EFSA qui conclut que l’exposition humaine est négligeable en se basant sur deux études toxicocinétiques menées sur 15 adultes pour en tirer des conclusions sur les niveaux d’exposition de la population, y compris celle des nouveau-nés, alors qu’ils ont rejeté plus de 80 études de biomonitoring rassemblant des preuves significatives des niveaux d’exposition humaine au BPA. Une étude conclue que le refus de prendre ces études en considération simplement parce que leurs résultats ne sont pas conformes à un modèle viole les principes scientifiques. Les panels d’experts devraient évaluer toutes les données, y compris les études de biomonitoring humaine pour évaluer les risques.

 

Revue générale sur le BPA :

Rapport publié dans une revue américaine de Pédiatrie dont la conclusion est que la preuve des effets délétères de l’exposition de l’homme au BPA est incomplète, mais suffisante pour suggérer que la limitation de l’exposition soit justifiée.

Voir la liste des études scientifiques en anglais

 

ANALYSE DE CHAQUE ARTICLE

 

Effets chez l’homme :

● Effets sanitaire

– Développement

Qiao L, Zheng L, Cai D. Study on the levels of the bisphenol A, octylphenol, 4-nonylphenol in serum of precocious girls. Wei Sheng Yan Jiu. 2010 Jan;39(1):9-12. [Article in Chinese] Songjiang Centred Hospital, Shanghai 201600, China. qiaolili1976@163.com

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20364578

→ En Bref :

L’objectif était d’étudier le rôle du bisphenol A (BPA), de l’octylphénol (OP), du 4-nonylphenol(4-NP) dans la puberté précoce chez les jeunes filles. Des échantillons de sang ont donc été prélevés et analysés sur 110 jeunes filles à la puberté précoce ainsi que sur 100 jeunes filles normales. Le volume de l’utérus et des ovaires ainsi que la teneur en oestradiol (E2) ont été déterminés en même temps. Les résultats ont montré que les ratios respectifs de BPA, OP, 4-NP dans le sérum sanguin des filles « précoces » était respectivement plus élevé que celui des filles « normales » (P <0,01). BPA et OP dans le sérum sanguin des patientes précoces était en corrélation positive avec le volume de l’utérus et des ovaires. En conclusion, les jeunes filles à la puberté précoce étaient contaminées plus sévèrement que les jeunes filles normales. Le BPA et l’OP ont pu agir sur le volume de l’utérus et des ovaires.

– Reproduction

Li DK, Zhou Z, Miao M, He Y, Qing D, Wu T, Wang J, Weng X, Ferber J, Herrinton L, Zhu Q, Gao E, Yuan W.Relationship between Urine Bisphenol-A (BPA) Level and Declining Male Sexual Function. J Androl. 2010 May 13. [Epub ahead of print]http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20467048

→ En Bref :

Cette nouvelle étude a été menée sur 427 hommes travaillant dans des régions où il existe une exposition élevée au BPA. La concentration de BPA a été mesurée sur des échantillons d’urines en utilisant la chromatographie en phase liquide à haute performance. Les dysfonctions sexuelles masculines ont été vérifiées en utilisant un inventaire standard des fonctions sexuelles masculines. Les résultats tiennent compte des facteurs de confusion potentiels. Résultats : L’augmentation du niveau de BPA dans les urines est associée à une dégradation de la fonction sexuelle masculine sur une échelle continue (diminution du désir sexuel, difficultés à avoir une érection, diminution de la force d’éjaculation et une baisse de satisfaction avec la vie sexuelle de façon générale). La même corrélation a été observée parmi les participants exposés au BPA provenant de sources environnementales uniquement, sans exposition professionnelle. Il y a donc une corrélation dose-réponse entre une mesure biologique du niveau de BPA dans les urines et le déclin de la fonction sexuelle masculine. Les implications au niveau de la santé publique sont donc importantes compte tenu de la large exposition de l’homme au BPA

 

 

Mendiola J, Jørgensen N, Andersson AM, Calafat AM, Ye X, Redmon JB, Drobnis EZ, Wang C, Sparks A, Thurston SW, Liu F, Swan SH. Are Environmental Levels of Bisphenol A Associated with Reproductive Function in Fertile Men? Environ Health Perspect. 2010 May 21. [Epub ahead of print]University of Rochester Medical Center.http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20494855

→ En bref :

L’objectif de l’étude (« Study for Future Families ») était d’examiner les relations entre une exposition environnementale au BPA et les paramètres de la fonction reproductive chez des hommes fertiles recrutés de façon prospective. Des échantillons de sang, de sperme et d’urines ont été prélevés chez les 375 participants, issus de plusieurs villes des USA et partenaires de femmes enceintes. Les analyses de sperme ont été réalisées selon les critères de l’OMS. Résultats : Après des ajustements multivariés, les auteurs n’ont observé aucune association significative entre les paramètres du sperme et les concentrations urinaires de BPA. Toutefois, une association inverse significative a été trouvée entre les concentrations urinaires de BPA et les niveaux de l’index d’androgène libre (FAI), le ratio FAI /LH, ainsi qu’une association positive significative entre le BPA et la globuline se liant aux hormones sexuelles (SHBG). En conclusion, les résultats suggèrent que, chez les hommes fertiles, une exposition à des niveaux environnementaux faibles de BPA pourraient être associés à une réduction modeste des marqueurs de la testostérone libre, mais les effets sur la fonction reproductrice sont probablement mineurs, et ont une signification clinique incertaine

– Effet sur les cellules :

Placenta

Mørck TJ, Sorda G, Bechi N, Rasmussen BS, Nielsen JB, Ietta F, Rytting E, Mathiesen L, Paulesu L, Knudsen LE. Placental transport and in vitro effects of Bisphenol A. Reprod Toxicol. 2010 Mar 7. [Epub ahead of print]Section of Environmental Health, Department of Public Health, University of Copenhagen, Oester Farimagsgade 5, 1410 Koebenhavn K, Denmark.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20214975

→ En Bref :

Cette étude examine les effets d’une exposition au BPA durant la gestation en utilisant la lignée cellulaire trophoblastique BeWo, des cultures d’explants placentaires, des perfusions placentaires et des modèles de diffusion de la peau, tous d’origine humaine. Les résultats ont montré une cytotoxicité du BPA au niveau des cellules Bewo, une augmentation significative du taux de sécrétion béta-hCG (marqueur précoce de grossesse)et l’expression de capase-3 (marqueur d’apoptose) dans les explants placentaires à une concentration environnementale pertinente de 1nM. Dans les études de transport, un transfert rapide du BPA a été observé à travers le placenta à terme et la monocouche cellulaire BeWO. D’autre part, un transport transdermique du BPA a été observé. En conclusion, ces résultats indiquent que l’exposition fœtale au BPA à travers l’échange placentaire se produit avec des conséquences potentiellement néfastes pour le développement du placenta et du fœtus.

 

Balakrishnan B, Henare K, Thorstensen EB, Ponnampalam AP, Mitchell MD.Transfer of bisphenol A across the human placenta. Am J Obstet Gynecol. 2010 Apr;202(4):393.e1-7. Liggins Institute, University of Auckland, Auckland, New Zealand.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20350650

→ En bref :

L’objectif de l’étude était d’étudier le transfert placentaire et la conjugaison du bisphénol A (BPA) à travers le placenta humain. Elle a été réalisée à partir de placentas humains issus de grossesses uniques à terme, utilisés dans un modèle de double recirculation d’une perfusion placentaire ex-vivo. Les conclusions de ces recherches indiquent que le bisphénol A à des niveaux environnementaux pertinents faibles, peut passer à travers le placenta humain, principalement sous forme non conjuguée active.

Cellules placentaires

Avissar-Whiting M, Veiga K, Uhl K, Maccani M, Gagne L, Moen E, Marsit CJ.Bisphenol A Exposure Leads to Specific MicroRNA Alterations in Placental Cells. Reprod Toxicol. 2010 Apr 22. [Epub ahead of print]Department of Pathology and Laboratory Medicine, Brown University, Providence, RI.http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20417706

→ En Bref :

Il a été observé que l’exposition au bisphénol-A (BPA) modifie les processus du développement et cellulaires, au moins en partie, par des mécanismes épigénétiques (modifications qui ne modifient pas la séquence génétique mais qui sont transmissibles d’une génération à l’autre). Cette étude visait à étudier les effets du BPA sur les niveaux des microARN (miARN) des cellules placentaires. La méthode des microarrays a été utilisée pour étudier les miARN dans trois lignées de cellules cytotrophoblastiques immortalisées traitées au BPA, et les résultats ont été validés à l’aide de la PCR quantitative en temps réel. L’analyse par microarray a révélé que plusieurs miARN étaient sensiblement modifiés en réponse au BPA dans deux lignées cellulaires. Les résultats par PCR ont montré une surexpression de miR-146a dans des cellules qui a conduit à un ralentissement de prolifération ainsi qu’à une plus grande sensibilité à l’agent génotoxique, la bléomycine. Dans l’ensemble, ces résultats suggèrent que le BPA peut modifier l’expression des miARN dans les cellules placentaires, un mode potentiellement nouveau de toxicité du BPA.

 

Adipocytes

Kidani T, Kamei S, Miyawaki J, Aizawa J, Sakayama K, Masuno H.Bisphenol A Downregulates Akt Signaling and Inhibits Adiponectin Production and Secretion in 3T3-L1 Adipocytes. J Atheroscler Thromb. 2010 May 13. [Epub ahead of print] Department of Bone and Joint Surgery, Ehime University Graduate School of Medicine.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20467186

→ En bref :

L’objectif de cette étude était de déterminer si les perturbateurs endocriniens, le bisphénol A (BPA) et les produits chimiques liés au BPA, affectent la production et la sécrétion d’adiponectine (hormone produite par le tissu adipeux qui régule le métabolisme des lipides et du glucose) dans les adipocytes 3T3-L1 et si le BPA emprunte la voie signalisation Akt. Les résultats montrent que le BPA inhibe la voie de signalisation Akt, ce qui a pour conséquence de réduire la production et la sécrétion d’adiponectine (adipokine vasoprotectrice) par les adipocytes 3T3-L1, tout comme le font ses dérivés (BPB, BPE, BPF).

Cellules musculaires lisses

Asano S, Tune JD, Dick GM. Bisphenol A activates Maxi-K (K1.1) channels in coronary smooth muscle. Br J Pharmacol. 2010 Mar 19. [Epub ahead of print]

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20331605

→ En Bref :

Les effets du BPA sur l’homéostasie du calcium cellulaire ont été décrits à plusieurs reprises impliquant probablement un effet direct, non génomique du BPA sur l’activité propre du canal calcique. Dans ce travail, les auteurs s’intéressent à l’effet du BPA sur l’activité du canal potassique à grande conductance sensible au calcium, dénommé canal Maxi-K (Maxi-K, Kca 1.1). Le modèle étudié est celui des cellules musculaires lisses humaine et canine en culture sur lesquelles les auteurs mesurent l’activité du canal Maxi-K par la technique du patch-clamp qui permet la mesure de l’activité des canaux dans des microdomaines de la membrane. Le BPA ajouté à la dose de 10 µmol/L active un courant potassique externe en agissant sur la sub-unité b1 du canal Maxi-K. A des doses plus élevées (100 µmol/L) les effets sont indépendants de la sous-unité b1 impliquant probablement la sous-unité a. Ces effets sont rapides (<1 min) et réversibles. Ces effets pourraient s’expliquer par une liaison du BPA à un domaine extracellulaire de cette sous-unité b1. Les auteurs supposent que le BPA pourrait entraîner dans les cellules qui expriment ce canal, une hyperpolarisation du potentiel de membrane ce qui pourrait avoir comme conséquence une plus forte entrée de calcium dans la cellule. En conclusion, ces études démontrent que le BPA est capable de perturber de manière non-génomique l’activité des canaux potassiques des cellules musculaires lisses.

– Interaction médicamenteuse

Kalonia H, Kumar P, Kumar A.Pioglitazone ameliorates behavioral, biochemical and cellular alterations in quinolinic acid induced neurotoxicity: Possible role of peroxisome proliferator activated receptor-Upsilon (PPARUpsilon) in Huntington disease. Pharmacol Biochem Behav. 2010 May 4. [Epub ahead of print]Pharmacology Division, University Institute of Pharmaceutical Sciences, UGC Centre of Advanced Study, Panjab University, Chandigarh-160014, India.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20450929

→ En bref :

Cette étude démontre l’intérêt de la pioglitazone1 dans le traitement de la maladie de Huntington en raison de son effet neuroprotecteur. Il semblerait que le Bisphenol A diglycidyl ether ² (BADGE) (15mg/kg) ait nettement inversé l’effet protecteur de la pioglitazone de part son effet antagoniste sur le récepteur nucléaire d’hormones PPAR Upsilon.

Notes : 1 Médicament appartenant à la famille des thiazolidinédiones utilisé pour diminuer le taux de sucre sanguin élevé associé au diabète de type 2.

²: Principal composant des résines époxy utilisées pour l’enrobage à l’intérieur des boîtes de conserves.

 

Effets chez l’animal :

● Rat

– Reproduction

Fernandez MO, Bourguignon N, Lux-Lantos V, Libertun C.Neonatal Exposure to Bisphenol A and Reproductive and Endocrine Alterations Resembling the Polycystic Ovarian Syndrome in Adult Rats. Environ Health Perspect. 2010 Apr 22. [Epub ahead of print]Instituto de Biología y Medicina Experimental-CONICET.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20413367

→ En bref :

Les auteurs ont étudié les effets d’une exposition néonatale au BPA sur l’axe reproducteur des rates adultes Sprague-Dawley. Pour cela, on leur a injecté chaque jour par voie sous-cutanée du BPA aux doses respectives de 500 microg/50microl (BPA500, ~10-4 M, une dose plus élevée que le Dose Minimale ayant un Effet Indésirable Observé (DMEIO) =50 mg/kg), 50 microg /50microl (BPA50) et 5 microg/50microl (BPA5) dans de l’huile de ricin (deux doses inférieures à la DMEIO). Les résultats ont montré que l’exposition néonatale au BPA a été associée à une augmentation des taux de testostérone et d’oestradiol sériques, à un taux de progestérone réduit à l’âge adulte, ainsi qu’à une modification de la sécrétion de gonadolibérine1 (GnRH) in vitro. L’exposition des animaux au BPA500 a modifié la morphologie des ovaires, montrant un grand nombre de kystes. Les animaux exposés au BPA50 avaient une fécondité réduite, sans changement dans le nombre d’ovocytes le matin de l’œstrus (chaleurs), alors que les animaux exposés à BPA500 montraient une infertilité. En conclusion, l’exposition à de fortes doses de BPA au cours de la période de la différenciation sexuelle sous le contrôle du cerveau a modifié l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique chez les femelles Sprague-Dawley. Ces résultats relient potentiellement l’exposition néonatale à des doses élevées de BPA chez le rat avec le développement du SOPK (Syndrome des ovaires polykystiques)². Des études de doses et de voies d’administration plus cohérentes avec l’exposition chez l’homme sont nécessaires pour déterminer la pertinence de ces résultats pour la santé humaine.

Notes :1 – Neuro- hormone peptidique produite par l’hypothalamus responsable de la synthèse et de la sécrétion de la FSH et de la LH par l’anté-hypophyse. Le rôle des FSH-RH, à leur tour, est de stimuler les glandes génitales (gonades).

² – Le Syndrome des Ovaires Polykystiques est un désordre hormonal caractérisé par une augmentation inhabituelle des androgènes (hormones mâles) dans les ovaires, ce qui nuit à la maturation des ovules. Au lieu d’être libérés au moment de l’ovulation, les ovules se transforment en kystes qui s’accumulent dans les ovaires.

– Effets sur les cellules

Iwakura T, Iwafuchi M, Muraoka D, Yokosuka M, Shiga T, Watanabe C, Ohtani-Kaneko R.In vitro effects of bisphenol A on developing hypothalamic neurons. Toxicology. 2010 Apr 22. [Epub ahead of print]. Department of Life Sciences, Toyo University, 1-1-1 Itakura, Oura, Gunma 374-0193, Japan; Graduate School of Comprehensive Human Sciences, University of Tsukuba, 1-1-1 Tennodai, Tsukuba 305-8575, Japan.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20399245

→ En bref :

L’œstradiol joue un rôle essentiel dans la différenciation sexuelle de l’hypothalamus chez les rongeurs. Les perturbateurs endocriniens ayant une activité oestrogénique comme le bisphénol A (BPA) perturbent la différenciation sexuelle de l’hypothalamus. Le but de la présente étude était d’examiner les effets in vitro du BPA sur le développement des neurones hypothalamiques en mettant l’accent sur une protéine présynaptique Synapsin I et la protéine 2 associée aux microtubules (MAP2). Les essais ont été faits sur des cultures de cellules hypothalamiques de fœtus de rat. Les résultats montrent que le BPA modifie le développement dendritique et synaptique par l’intermédiaire de voies de signalisation cellulaire distinctes.

– Effets sur l’embryon

Xing L, Xu Y, Xiao Y, Shang L, Liu R, Wei X, Jiang J, Hao W. Embryotoxic and teratogenic effects of the combination of bisphenol A and genistein on in vitro cultured postimplantation rat embryos. Toxicol Sci. 2010 Mar 18. [Epub ahead of print]. Department of Toxicology, School of Public Health, Peking University, Beijing 100191, China.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20299547

→ En Bref :

Dans la présente étude, les effets tératogènes du bisphénol A (BPA) et de la génistéine1 (GEN) sur les embryons de rat au cours de leur période critique de l’organogenèse ont été étudiés par le biais d’une culture d’embryons entiers (WEC). Les analyses ont révélé que la combinaison de BPA et GEN induisait de sérieuses malformations et une plus grande fréquence d’anormalité du système nerveux central (CNS). Les résultats suggèrent que la génistéine peut être embryotoxique et tératogène chez l’homme. Il se peut que le BPA seul ne soit pas un agent tératogène potentiel, mais ces deux produits chimiques oestrogéniques ont un effet synergique sur le développement embryonnaire lorsqu’ils sont présents ensemble au cours de la période critique de la formation des principaux organes. Les résultats actuels suggèrent que les femmes enceintes ne devraient pas prendre des suppléments de soja, mais d’autres études sont nécessaires pour fournir une recommandation définitive.

Note : 1 Isoflavone antioxydant trouvé dans les germes de soja

– Cancer

Betancourt AM, Mobley JA, Russo J, Lamartiniere CA.Proteomic analysis in mammary glands of rat offspring exposed in utero to bisphenol A. J Proteomics. 2010 Apr 18;73(6):1241-53. Epub 2010 Feb 26.Department of Pharmacology and Toxicology, University of Alabama at Birmingham, Birmingham, AL, USA.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20219716

→ En Bref :

L’objectif de cette étude était de déterminer les effets d’une exposition au BPA sur le protéome de la glande mammaire chez le rat. Des rates gestantes ont donc été traitées par voie orale avec 0, 25 ou 250 microg BPA / kg de poids corporel du 10ème au 21ème jour après conception. Les femelles ont été euthanasiées à 21 et 50 jours, et les glandes mammaires ont été recueillies. L’analyse protéomique a été réalisée en utilisant l’électrophorèse bidimensionnelle 2-DE, suivie par une combinaison de MALDI-TOF-TOF et LC-MS/MS (spectromètres de masse), qui a conduit à l’identification de 21 protéines différentiellement abondantes, y compris la vimentine, SPARC et 14-3-3. L’analyse Western blot des protéines clé de signalisation en aval ont démontré une augmentation de phospho-AKT, c-Raf, phospho-ERK-1 et 2, mais une diminution du TGF-beta (transforming growth factor) dans les glandes mammaires des rates âgées de 50 jours ayant été exposées avant la naissance au BPA. En conclusion, ces études indiquent pour la première fois que la synthèse ou l’activité de protéines clés, impliquées dans des voies de signalisation telles que la prolifération cellulaire, sont régulées par le BPA. Ces données sont attendues pour aider à comprendre comment le BPA peut agir sur la susceptibilité de la glande mammaire à développer des tumeurs.

● Souris

– Endométriose

Signorile PG, Spugnini EP, Mita L, Mellone P, D’Avino A, Bianco M, Diano N,Caputo L, Rea F, Viceconte R, Portaccio M, Viggiano E, Citro G, Pierantoni R,Sica V, Vincenzi B, Mita DG, Baldi F, Baldi A. Pre-natal exposure of mice to bisphenol A elicits an endometriosis-like phenotype in female offspring. Gen Comp Endocrinol. 2010 Mar 27. [Epub ahead of print]http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20350546

→ En Bref :

L’endométriose est une affection gynécologique définie par la croissance de glandes endométriales et de stroma hors de la cavité utérine. Sa prévalence est de 6-10% et elle accompagne très souvent l’infertilité et des douleurs abdominales. Des données obtenues chez l’Homme indiquent un lien entre l’exposition aux perturbateurs endocriniens et l’apparition de l’endométriose. Dans cette étude, les auteurs testent l’effet de l’exposition au BPA sur l’endométriose en soumettant des souris (BALB/C) à des doses de BPA (100 et 1000 µg/kg/j du jour 1 de la gestation jusqu’à 7 jours après la naissance. Les organes pelviens des descendants sont analysés 3 mois plus tard. Les résultats montrent chez les animaux traités au BPA une présence plus importante de structures apparentées à l’endométriose dans le tissu adipeux entourant le tractus génital, de kystes ovariens et de foyers hyperplasiques. Les modifications apparaissent presque à leur optimum dès la dose de 100µg/kg/j. Ces structures de type endométriotiques expriment les récepteurs aux oestrogènes et le gène HOXA-10 important pour la fonction utérine. En conclusion, ces travaux expérimentaux montrent que l’exposition au BPA durant la gestation favorise l’apparition de l’endométriose chez les descendantes.

– Syndrome métabolique

Ryan KK, Haller AM, Sorrell JE, Woods SC, Jandacek RJ, Seeley RJ. Perinatal Exposure to Bisphenol-A and the Development of Metabolic Syndrome in CD-1 Mice. Endocrinology. 2010 Mar 29. [Epub ahead of print].http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20351315

→ En Bref :

Dans ce travail, les auteurs testent l’hypothèse que l’exposition périnatale au BPA augmenterait chez les descendants la sensibilité à un régime gras conduisant à un phénotype obèse prédisposant au syndrome métabolique. Le modèle expérimental utilisé est la souris CD1 gestante exposée à des doses de BPA de l’ordre de 0.25µg/kg/j à partir du début de la gestation jusqu’au sevrage des descendants. Le distilbène est également inclut à titre de comparaison. Le BPA n’entraîne pas de modification dans la durée de gestation, le sexe ratio ou la taille des portées. Les souris exposées au BPA présentent une masse plus importante et une taille plus grande que celles des contrôles 4 semaines après la naissance, mais ces différences s’estompent à 8 semaines. Il n’y a pas de différences dans le développement de la masse graisseuse, ni dans la tolérance au glucose que ce soit au moment du sevrage ou à plus long terme, et ce indépendamment du régime, normal ou gras, donné aux descendants, au contraire du DES qui modifient certains paramètres comme la tolérance au glucose. Ces résultats vont à l’encontre de données précédentes montrant un effet du BPA sur le développement de la masse grasse et l’apparition de troubles métaboliques dans des conditions expérimentales comparables. Les raisons de ces différences demeurent inexpliquées.

– Diabète

Alonso-Magdalena P, Vieira E, Soriano S, Menes L, Burks D, Quesada I, Nadal A.Bisphenol-A Exposure during Pregnancy Disrupts Glucose Homeostasis in Mothers and Adult Male Offspring. Universidad Miguel Hernández de Elche.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20488778

→ En bref :

Chez l’homme, les preuves épidémiologiques associent l’exposition au bisphénol-A chez les adultes à un risque plus élevé de diabète de type 2 et de maladies cardiaques. L’objectif était d’étudier l’action du BPA à dose environnementale sur le métabolisme du glucose pendant la gestation et l’impact de l’exposition du BPA sur ces femelles plus tard dans la vie. Les chercheurs ont étudié les conséquences d’une exposition au BPA in utero sur les paramètres métaboliques et sur la fonction pancréatique chez la descendance de souris gestantes exposées au BPA (10 ou 100 µg/kg/jour ) du 9ème au 16ème jour de la gestation. Les résultats montrent que l’exposition au BPA a aggravé la résistance à l’insuline produite pendant la gestation et a été associée à une diminution de tolérance au glucose et à une augmentation de l’insuline plasmatique, des triglycérides et des concentrations de leptine par rapport aux témoins. La phosphorylation de l’Akt induite par l’insuline a diminué dans le muscle squelettique et le foie des souris gestantes ayant reçu du BPA. L’exposition au BPA pendant la gestation a eu des conséquences à long terme pour les mères : à quatre mois post-partum, les ex-gestantes exposées pèsent plus lourd que les non exposées, et elles ont un niveau plus élevé d’insuline plasmatique, de leptine, de triglycérides et de glycérol ainsi qu’une plus grande résistance à l’insuline. A l’âge de six mois, les descendants mâles exposés in utero au BPA ont une tolérance au glucose réduite, une résistance accrue à l’insuline et des paramètres sanguins modifiés par rapport à la descendance des mères n’ayant pas reçu de BPA. Les îlots pancréatiques de Langerhans des descendants mâles montrent une altération de la signalisation calcique (Ca2+ ) et de la sécrétion d’insuline. L’incorporation de BrdU (marqueur de la division cellulaire) dans les cellules productrices d’insuline a été réduite chez la descendance mâle mais la masse des cellules bêta est demeurée inchangée. En conclusion les résultats suggèrent que le BPA pourrait contribuer à des troubles métaboliques en rapport avec l’homéostasie du glucose, et que le BPA pourrait un facteur de risque de diabète.

– Cancer

Leo F. Doherty1, Jason G. Bromer1, Yuping Zhou1, Tamir S. Aldad1 and Hugh S. Taylor1 In Utero Exposure to Diethylstilbestrol (DES) or Bisphenol-A (BPA) Increases EZH2 Expression in the Mammary Gland: An Epigenetic Mechanism Linking Endocrine Disruptors to Breast Cancer. Hormones and Cancer. Preview. 15 May 2010. Department of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Sciences, Yale University School of Medicine, 333 Cedar Street, P. O. Box 208063, New Haven, CT 06520, USA

http://www.springerlink.com/content/547256j0g02073v5/?p=82adf56e23584dc3b9521b6bfd0d2a71&pi=5

→ En bref :

Le Diéthylstilbestrol (DES) et le bisphénol-A (BPA) sont des perturbateurs endocriniens œstrogéno-mimétiques qui induisent des modifications épigénétiques3 persistantes dans l’utérus en développement. Pourtant, l’exposition au DES in utero est également associée à un risque accru de cancer du sein chez la femme adulte. De même, l’exposition du fœtus au BPA induit des processus néoplasiques dans les tissus mammaires chez les souris. Les auteurs ont émis l’hypothèse que des altérations épigénétiques précéderaient l’augmentation du risque de néoplasie mammaire après une exposition in utero à des perturbateurs endocriniens. Ils ont examiné l’effet du BPA et du DES, à une valeur approximative d’exposition humaine, sur l’expression de la protéine Polycomb EZH2 (régulateur épigénétique dont l’expression est liée à un risque de cancer du sein) et sur la fonction des cellules MCF-7 dans les glandes mammaires de souris exposées in utero. L’activité fonctionnelle de EZH2 a été évaluée en mesurant la triméthylation de l’histone H3. Les résultats montrent une expression augmentée de l’EZH2 dans les tissus mammaires des souris ayant reçu du BPA ou du DES, par rapport aux souris témoins. La trimethylation de l’histone H3 a augmenté dans les cellules MCF-7 traitées au BPA ou au DES. De même, chez souris exposées au BPA ou au DES in utero, on observe une augmentation de la triméthylation de l’histone H3. Les auteurs concluent que le programme de développement de l’EZH2 est un nouveau mécanisme par lequel l’exposition in utero à des perturbateurs endocriniens conduit à la régulation épigénétique dans la glande mammaire.

– Reproduction

Kobayashi K, Ohtani K, Kubota H, Miyagawa M. Dietary exposure to low doses of bisphenol A: effects on reproduction and development in two generations of C57BL/6J mice. Congenit Anom (Kyoto). 2010 Apr 30. [Epub ahead of print]. National Institute of Occupational Safety and Health, Kawasaki, Japan

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20507349

→ En bref :

Cette étude examine les effets d’une exposition au bisphénol A à faible dose sur la reproduction et le développement de deux générations de souris. Les Femelles gestantes (F(0)) ont reçu une alimentation contenant de faibles doses de bisphénol A (0, 0,33, 3,3 ou 33 ppm) du 6ème jour de gestation au 22ème jour postnatal, et les souriceaux sevrés (F(1) et F(2)) de chaque groupe de F(0) et F(1), respectivement, ont également été nourris avec ces mêmes concentrations de bisphénol A ad libitum jusqu’au sacrifice. Les résultats de l’étude indiquent que l’exposition au bisphénol A par la voie alimentaire (entre 0,33 et 33 ppm) n’affecte pas la reproduction ou le développement, conformément à l’évaluation réalisée chez deux générations de souris. Cette étude est contradictoire avec des résultats publiés antérieurement. Les raisons ne sont pas comprises.

● Poule

– Effet sur l’embryon

Yigit F, Daglioglu S. Histological changes in the uterus of the hens after embryonic exposure to bisphenol A and diethylstilbestrol. Protoplasma. 2010 Apr 15. [Epub ahead of print]. Department of Histology and Embryology, Faculty of Veterinary Medicine, Istanbul University, Avcilar, 34320, Istanbul, Turkey, fyigit@istanbul.edu.tr.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20393758

→ En Bref :

Dans cette étude, les effets de deux oestrogènes de synthèse, le bisphenol A (BPA) et le diéthylstilbestrol (DES = distilbène), ont été testés sur des embryons de poules. Les auteurs ont injecté BPA et DES « in ovo » puis ont examiné et comparé leurs effets sur l’utérus (glande coquillière) des poules adultes par des méthodes histologiques. Cinq groupes ont été conçus dans l’étude dont un témoin. 67 ou 134 mug /g d’œuf de BPA et 0,02 ou 0,2 mug /g d’œuf de DES ont donc été administrés aux groupes expérimentaux. Des échantillons de tissus ont été prélevés dans l’utérus des poules âgées de 21 semaines. Les récepteurs des oestrogènes alpha (ERalpha) ont été colorés par immunohistochimie. Il a été observé que la durée d’incubation dans le groupe BPA (67 mug et 134 mug / g) a été moindre que dans les autres groupes (P <0,01). La densité et l’épaisseur glandulaires et tubulaires utérines de la tunique muqueuse ont été résuites (P <0,01) dans les groupes BPA (134 mug / g) et DES (0,2 mug / g) en comparaison avec le groupe témoin et autres groupes expérimentaux. L’épithélium de la glande utérine a révélé une immunoréaction positive l’ERalpha. Ces résultats suggèrent que l’administration de BPA et de DES à des doses élevées a affecté le développement embryonnaire d’une façon négative, et cet effet indésirable a été vu dans une moindre mesure à la période adulte.

● Amphibiens

– Effets sur le système hormonal

Lee KM, Yang W, Rhee JS, Hwang DS, Jin Park C, Chan Gye M, Lee JS, Shin I.Effects of Endocrine Disruptors on Bombina orientalis P450 Aromatase Activity. Zoolog Sci. 2010 Apr;27(4):338-43. 1 Department of Life Science.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20377353

→ En Bref :

Les auteurs ont évalué les effets des perturbateurs endocriniens sur l’expression et l’activité de l’aromatase – une enzyme qui permet la conversion irréversible des androgènes surrénaliens en œstrogène– des gonades du crapaud sonneur oriental. Pour cela, ils lui ont injecté du nonylphénol ou du bisphénol-A par voie intrapéritonéale et ont ensuite examiné les niveaux d’ARNm de l’aromatase par RT-PCR ainsi que l’activité enzymatique de l’aromatase, mesurée par la méthode de libération d’eau tritiée (le tritium est un élément radioactif). La RT-PCR semi quantitative a montré que l’injection de nonylphenol ou bisphenol A n’a pas affecté l’expression de l’ARNm de l’aromatase du crapaud. Toutefois, un traitement de 48 h avec du nonylphénol ou du bisphénol A a réduit respectivement l’activité de l’aromatase à 47% et 32%. Ces résultats suggèrent que les perturbateurs endocriniens peuvent effectivement moduler l’activité de l’aromatase du crapaud sonneur oriental sans affecter ses niveaux d’ARNm.

● Poissons

– Effets sur les gènes

Duan ZH, Zhu L, Feng MF, Bu WJ, Lam SH, Gong ZY.Application of zebrafish microarray on the toxicity mechanism study of bisphenol A. Huan Jing Ke Xue. 2010 Mar;31(3):808-14. [Article in Chinese] Key Laboratory of Pollution Processes and Environmental Criteria, Ministry of Education, College of Environmental Science and Engineering, Nankai University, Tianjin 300071, China. duanzhenghua@mail.nankai.edu.cn

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20358847

→ En Bref :

Le mécanisme de la toxicité du bisphénol A (BPA) chez le poisson zèbre (Danio rerio) a été étudié au niveau moléculaire, par la méthode des puces à ADN du poisson zèbre ainsi que par qRT-PCR1. Les embryons de poissons zèbre ont été exposés à 0,5, 1,5 et 4,5 mg / L BPA pendant 8 jours depuis la fécondation. Les résultats ont montré que 50 gènes spécifiques ont été sur ou sous-exprimés, et leurs dose-réponses étaient significatives (p <0,05). Cette étude démontre la génotoxicité du BPA. En outre, selon leur fonction et les voies d’analyse, elle pourrait confirmer les mécanismes de la toxicité morphologique et les perturbations du métabolisme observées dans l’étude de la prophase2.

Notes : 1 technique de biologie moléculaire conçue pour pouvoir quantifier un type d’ARN originellement présent dans un échantillon.

2 Première phase de la division cellulaire chez les êtres vivants eucaryotes.

 

Exposition Environnementale :

● Biberons

Nam SH, Seo YM, Kim MG. Bisphenol A migration from polycarbonate baby bottle with repeated use. Chemosphere. 2010 May;79(9):949-52. Epub 2010 Mar 23. Department of Environmental Science, Kangwon National University, 192-1, Hyoja-dong, Chunchon 200-701, Republic of Korea.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20334893

→ En Bref :

L’objet de cette étude était de quantifier la migration du bisphénol A (BPA) dans de l’eau contenue dans des biberons neufs en polycarbonate, avec une utilisation répétée jusqu’à 100 fois et une extraction par la température de l’eau allant de 40 ° C à 100 degrés C. Le BPA a été quantifié par GC-MS, exploité dans le mode de détection d’ions sélectionnés. Les concentrations de BPA ayant migré d’un biberon tout neuf étaient de 0.03ppb et 0.13 ppb à 40°C et 95°C respectivement. Après 6 mois d’utilisation, ces mêmes mesures étaient de 0.18ppb et 18.47ppb. Les niveaux de migration du BPA augmentaient rapidement lorsque la température de l’eau était à plus de 80°C. Les variations du niveau de BPA augmentent avec le vieillissement de l’objet qui commence à trois mois d’utilisation du biberon (60 utilisations). En conclusion, les niveaux de BPA retrouvés dans l’eau des biberons augmentent avec leur vieillissement et la température de l’eau.

● Livres pour enfants

Sajiki J, Yanagibori R, Kobayashi Y. Study of experiment on leaching of bisphenol a from infant books to artificial saliva. Nippon Eiseigaku Zasshi. 2010 May;65(3):467-70. Chiba Prefectural Institute of Public Health.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20508389

→ En bref :

Pour évaluer le risque d’une exposition au bisphénol A (BPA) lorsque les nourrissons sucent ou mâchent des livres pour les tout petits, des livres pour nourrissons publiés par des fabricants japonais ont été soumis à une salive artificielle et la concentration de BPA s’en échappant a été mesurée. 10 livres ont été exposés à 15 ml de salive artificielle ou à de l’eau à 37° pendant 20 heures. Les résultats montrent que tous ont relargué du BPA. La plus forte concentration de BPA issue d’un des 10 livres était de 43,4 ng/ml (pour 2 heures) dans la salive, ce qui correspond à environ 0,052 µg/kg de poids corporel et par jour pour les nourrissons âgés de 6-10 mois. En conclusion, puisque le BPA exerce des effets perturbateurs sur système endocrinien qui sont plus marqués chez les nourrissons que chez les adultes, il est souhaitable de réduire l’utilisation du BPA dans l’impression de livres pour enfants afin de protéger leur santé.

● Boîtes de conserve

Coulier L, Bradley EL, Bas RC, Verhoeckx KC, Driffield M, Harmer N, Castle L.Analysis of reaction products of food contaminants and ingredients: bisphenol A diglycidyl ether (BADGE) in canned foods. J Agric Food Chem. 2010 Apr 28;58(8):4873-82. TNO Quality of Life, Utrechtseweg, HE Zeist, The Netherlands. leon.coulier@tno.nl

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20334396

→ En Bref :

Le bisphénol A diglycidyl éther (BADGE) est un époxyde utilisé dans la fabrication de revêtements des boîtes de conserves alimentaires. Les auteurs démontrent qu’il y a migration du BADGE vers le contenu et qu’il se détériore au contact des denrées alimentaires.

● Eau du robinet, eau en bouteilles et biberons

Li X, Ying GG, Su HC, Yang XB, Wang L. Simultaneous determination and assessment of 4-nonylphenol, bisphenol A and triclosan in tap water, bottled water and baby bottles. Environ Int. 2010 May 6. [Epub ahead of print]. State Key Laboratory of Organic Geochemistry, Guangzhou Institute of Geochemistry, Chinese Academy of Sciences, Guangzhou 510640, China.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20452023

→ En bref :

Cette étude a examiné les niveaux de 4-nonylphénol (4-NP), de bisphénol A (BPA) et de triclosan (TCS) dans l’eau en bouteille et l’eau du robinet à Guangzhou ainsi que le rejet de ces substances chimiques provenant des biberons. EAU EN BOUTEILLE: Les résultats montrent que le 4-NP est présent dans toutes les bouteilles d’eau alors que 17 des 21 bouteilles contenaient du BPA et 18 des 21 bouteilles contenaient du TCS. Leurs concentrations respectives dans l’eau en bouteille variait de 108 à 298ng / L, 17,6 à 324ng / L et de 0,6 à 9.7ng / L. EAU DU ROBINET : Cinq des prélèvements d’eau du robinet provenant de six stations d’approvisionnement d’eau contenaient du 4-NP et du BPA en juin et décembre alors que le TCS n’a été détecté qu’au mois de juin dans les mêmes échantillons. Les concentrations les plus élevées de 4-NP, BPA et TCS dans l’eau du robinet étaient respectivement de 1987ng/L, 317 ng/L et 14,5ng/L .Les apports quotidiens de 4-NP, BPA et TCS chez l’adulte buvant 2L d’eau potable du robinet ont été estimés respectivement à 1410, 148 et 10ng/jour. BiBERONS : Libération du BPA des biberons testés dès 24 degrés C, les niveaux de BPA augmentant avec la température. Les chercheurs ont estimé les doses journalières de 4-NP, BPA et TCS pour les nourrissons à 705, 1340 et 5ng/jour, respectivement, en buvant 1 litre d’eau du robinet dans un biberon à 40 degrés C. Les chercheurs concluent qu’il est peu probable que l’exposition aux trois composés issus de l’eau potable présente un risque pour la santé.

● Eau de la ville

Musolff A, Leschik S, Reinstorf F, Strauch G, Schirmer M. Micropollutant Loads in the Urban Water Cycle. Environ Sci Technol. 2010 May 28. [Epub ahead of print]. Department of Hydrogeology, UFZ-Helmholtz Centre for Environmental Research, Permoserstr. 15, 04318 Leipzig, Germany, Department of Water Resources and Waste Management, University of Applied Sciences Magdeburg-Stendal, Breitscheidstr. 2, 39114 Magdeburg, Germany, and Department of Water Resources and Drinking Water, Eawag: Swiss Federal Institute of Aquatic Science and Technology, Ueberlandstr. 133, 8600 Duebendorf, Switzerland.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20509608

En bref : Cette étude a estimé les micropolluants présents dans l’environnement aquatique urbain sur une période d’un an. Sur la base d’une surveillance des concentrations de plusieurs micropolluants, un bilan de masse des contaminants des eaux usées de la zone d’étude, des eaux de surface et des eaux souterraines a été réalisé.La libération des micropolluants en provenance du bassin versant a été principalement alimentée par la décharge de l’usine de traitement des eaux usées. Toutefois, les débordements d’égouts combinés (DEU) ont libéré des charges importantes de caféine, de bisphénol A, et de 4-nonylphénol technique. Une fraction estimée entre 9.9 et 13.0% du débit des eaux usées par temps sec1 a été perdue par les fuites d’égout dans les eaux souterraines, contribuant à une contamination souterraine importante par du bisphénol A et du 4-nonylphénol techniques. Cette étude souligne l’importance des débordements d’égouts et des eaux souterraines comme voie de pollution pour évaluer la contamination des ressources en eau en milieu urbain.Cette étude souligne l’importance des débordements d’égouts et des eaux souterraines comme voie de pollution pour évaluer la contamination des ressources en eau en milieu urbain.

Note 1 : Les écoulements de temps sec se composent des écoulements d’eaux usées (domestiques, artisanales et industrielles) et des écoulements d’eaux claires parasites.

● Enquête d’imprégnation

Lakind JS, Naiman DQ . Daily intake of bisphenol A and potential sources of exposure: 2005-2006 National Health and Nutrition Examination Survey. J Expo Sci Environ Epidemiol. 2010 Mar 17. [Epub ahead of print][1] LaKind Associates, LLC, Catonsville, Maryland, USA [2] Department of Epidemiology and Preventive Medicine, University of Maryland School of Medicine, Baltimore, Maryland, USA [3] Department of Pediatrics, Milton S. Hershey Medical Center, Penn State College of Medicine, Hershey, Pennsylvania, USA.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20237498

→ En Bref :

Aux Etats-Unis, des données représentatives au plan national sur les concentrations urinaires du bisphénol A (BPA) et ses métabolites provenant de l’Enquête National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) menée entre 2005-2006, ont été utilisées pour estimer l’absorption quotidienne de BPA. Sur la base de ces données et des hypothèses décrites dans le document intégral, l’apport moyen quotidien de la population totale est d’environ 34 ng/kg/jour. La consommation journalière moyenne de BPA est statistiquement plus élevée chez les hommes que chez les femmes et elle diminue avec l’âge (différence inférieure à un facteur de 2 par rapport à la population globale). La consommation journalière de BPA a diminué par rapport à l’enquête de 2003-2004 mais il serait prématuré d’en tirer des conclusions car il n’y a pas d’indication que l’utilisation du BPA a régressé de 2003 et 2006. Il ressort de cette enquête que la consommation de sodas, de repas pris à l’école et de repas préparés hors de la maison, hormis l’eau en bouteille et le thon en boîte, était statistiquement associée avec des niveaux urinaires de BPA plus élevés.

 

Métabolisme-Biomonitoring :

● Métabolisme chez le rat

– Métabolisme du Foetus

Miyu Nishikawa, Hidetomo Iwano, Risa Yanagisawa, Nanako Koike, Hiroki Inoue, Hiroshi Yokota.

Placental Transfer of Conjugated Bisphenol A and Subsequent Reactivation in the Rat Fetus http://ehp03.niehs.nih.gov/article/info%3Adoi%2F10.1289%2Fehp.0901575

→ En Bref :

L’étude portait sur le devenir du BPA conjugué (BPA-GA) après passage du placenta. Ce composé n’est pas un perturbateur endocrinien, ce qui atténue l’impact du BPA s’il est prouvé que le BPA est systématiquement conjugué.

Des rates ont été perfusées pendant la gestation avec ce composé BPA-GA. On observe que ce composé est déconjugué par le foetus et comme celui-ci a par ailleurs une déficience ennzymatique par rapport à l’adulte le foetus est ainsi plus exposé au BPA libre que l’adulte.

– Rats adultes

Chen G, Huang CY, Zhong QQ, Ju JY, Pan SC, Wang C, Yao CJ.The time-concentration relationship of serum bisphenol A in male rats. Zhonghua Yu Fang Yi Xue Za Zhi. 2010 Jan;44(1):30-3.[Article in Chinese]. School of Public Health, Nantong University, Nantong 226007, China.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20388360

→ En Bref :

L’objectif était d’étudier la relation temps-concentration du bisphénol A (BPA) chez les rats Sprague-Dawley (SD) après administration orale unique de BPA. Pour cela, un total de 66 rats mâles SD exemptes de pathogènes spécifiques (SPF) ont été divisés en 10 groupes expérimentaux et groupes témoins (n = 6). Les rats du groupe expérimental ont été traités avec du BPA à 300 mg /kg par gavage oral et des échantillons de sang ont été prélevés dans un groupe aux points dans le temps respectifs de 0,5, 1, 2, 4, 6, 12, 24, 36, 60, 84 h après administration orale. La concentration sérique BPA a été déterminée avec un dosage par chromatographie liquide haute performance à détection par fluorescence (CLHP-FL). RESULTATS : Après l’administration orale, la concentration sérique totale de BPA à 17,13 microg /ml était la plus élevée chez les rats à 1 h, puis a diminué, mais elle est passée à 15,18 microg /ml de nouveau à 24 h, puis a diminué progressivement jusqu’à 0,51 microg /ml à 84 h. Le niveau de BPA sérique libre était inférieur à celui du BPA sérique total après administration orale, le BPA sérique libre était de 0,57 microg / ml à 0,5 h après administration orale. Le niveau de BPA sérique libre a diminué à 0,06 microg /ml à 1 h, 0,03 microg /ml à 4 h et 0,01 microg /ml à 36 h suivant administration orale. Le BPA libre ne représentait que de 4,15% (0.57/13.73) de la quantité totale de BPA sérique 0,5 h précisément après administration orale de 300 mg / kg BPA. En conclusion, Ces résultats suggèrent que le BPA conjugué a été le principal métabolite du BPA dans le sérum du rat après administration orale unique. Il semble que la circulation entérohépatique du glucuronide de BPA chez le rat puisse donner lieu à deux pics de taux sérique de BPA total.

 

● Métabolisme chez la souris

Tanaka M, Kawamoto T, Matsumoto H. Distribution of 14C-bisphenol A in pregnant and newborn mice. Dent Mater. 2010 Jun;26(6):e181-7. Epub 2010 Mar 3.Department of Pediatric Dentistry, Iwate Medical University, 19-1 Uchimaru, Morioka, Japan. mtanaka@iwate-med.ac.jp

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20202676

→ En Bref :

L’objectif de cette étude était suivre le devenir du bisphénol A injecté à des souris en gestation afin de vérifier s’il s’accumule dans le fœtus et le cerveau, organes cibles des produits chimiques affectant les hormones, en utilisant l’autoradiographie du corps entier. On leur a donc injecté en intrapéritonéal 0,46MBq (mégabecquerel) de BPA marqué au carbone 14 (radioactif) puis on a tué les souris entre 1h à 5 jours après l’injection. En 1 h, le BPA a été distribué dans tout l’organisme, y compris le fœtus et le cerveau. La radioactivité a disparu progressivement de l’ensemble du corps le cinquième jour, et aucune accumulation dans un organe spécifique n’a été trouvée. Cependant, bien que du 14 C ait été détecté chez les fœtus immédiatement après l’injection, le transfert de BPA de la mère au nouveau-né n’a pas été observé. Il n’y a pas eu d’accumulation dans l’organisme non plus. Aucune preuve n’a été apportée suggérant l’existence d’une barrière placentaire ou hémato-encéphalique pour le BPA. Ces informations doivent être prises en considération lors de l’évaluation des risques liés à l’utilisation de matériaux dentaires qui contiennent du BPA.

● Méthodologie

Vandenberg LN, Chauhoud I, Heindel JJ, Padmanabhan V, Paumgartten FJ, Schoenfelder G.Urinary, Circulating and Tissue Biomonitoring Studies Indicate Widespread Exposure to Bisphenol A. Environ Health Perspect. 2010 Mar 23. [Epub ahead of print]. Tufts University.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20338858

→ En Bref :

Les études de biosurveillance (biomonitoring) et de toxicocinétiques1 peuvent aboutir à des conclusions apparemment contradictoires. Par cette critique, les auteurs ont passé en revue plus de 80 études de biosurveillance humaine qui ont mesuré les concentrations de BPA dans l’urine humaine, le sang, les tissus et autres fluides, ainsi que deux études toxicocinétiques du métabolisme du BPA chez l’homme. Ces études ont détecté de manière très importante du BPA chez tous les individus. Le BPA non conjugué (libre) est régulièrement détecté dans le sang (de l’ordre du ng/mL) et le BPA conjugué est détecté dans la grande majorité des échantillons d’urine (également de l’ordre du ng/mL). A l’opposé, des études toxicocinétiques suggèrent que l’homme n’est pas exposé intérieurement au BPA. Certains organismes de réglementation se sont appuyés uniquement sur ces modèles toxicocinétiques pour évaluer des risques. En conclusion, les données disponibles à partir des études de biosurveillance indiquent clairement que la population générale est exposée au BPA et a un risque d’exposition interne au BPA sous forme libre non conjuguée. Les deux études toxicocinétiques qui suggèrent que l’exposition humaine au BPA est négligeable ont des lacunes importantes, sont directement contredites par les études fondée sur des hypothèses, et ne sont donc pas fiables à des fins d’évaluation des risques.

Note : 1 étude des processus d’Absorption, Distribution, Métabolisation et Elimination (ADME) des Xénobiotiques.

 

Vandenberg LN, Chauhoud I, Padmanabhan V, Paumgartten FJ, Schoenfelder G. Biomonitoring Studies Should Be Used by Regulatory Agencies to Assess Human Exposure Levels and Safety of Bisphenol A. Environ Health Perspect. 2010 May 5. [Epub ahead of print]. Tufts University.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20444668

→ En bref :

Les différentes évaluations qui ont été faites concernant les risques liés au niveau d’exposition humaine au BPA ne sont pas concordantes. Les auteurs ont donc comparé les raisons invoquées par le panel d’évaluation des risques du BPA de l’EFSA, leur ayant permis de conclure que l’exposition humaine au BPA est négligeable, avec les conclusions d’autres panels, puisque tous ont eu accès à la même littérature scientifique. Le panel de l’EFSA a rejeté plus de 80 études de biomonitoring qui rassemblent des preuves significatives des niveaux d’exposition humaine au BPA, y compris des expositions internes au BPA non conjugué, pour le motif qu’elles ne correspondaient pas à un modèle du métabolisme du BPA. A la place, le panel de l’EFSA s’est basé sur deux études toxicocinétiques, menées sur 15 adultes pour en tirer des conclusions sur les niveaux d’exposition de la population, y compris celle des nouveau-nés.Conclusion : Comme pour toutes les évaluations d’exposition, des modèles devraient être développés pour expliquer les données réelles qui sont recueillies. Pour le BPA, des échantillons d’un grand nombre de sujets humains indiquent clairement que les humains sont exposés intérieurement au BPA non conjugué. Le refus de prendre ces études en considération simplement parce que leurs résultats ne sont pas conformes à un modèle viole les principes scientifiques. Les panels d’experts devraient évaluer toutes les données , y compris les études de biomonitoring humaine, pour évaluer les risques.

 

Revue générale sur le BPA :

Groff T.Bisphenol A: invisible pollution. Curr Opin Pediatr. 2010 May 19. [Epub ahead of print]Department of Pediatrics, Dartmouth Hitchcock Medical Center, One Medical Center, Lebanon, New Hampshire, USA.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20489636

→ En bref :

Le bisphénol A (BPA) est utilisé dans une large variété de produits, y compris des bouteilles en plastique et boîtes de conserve. Sur la base d’une exposition humaine à grande échelle et des effets endocriniens observés, en premier lieu chez l’animal et maintenant chez l’homme, le BPA est largement étudié. La plupart des médecins n’ont pas eu d’enseignement formel en matière de risques liés aux expositions environnementales telles que le BPA. Les dernières études suggèrent qu’une exposition accrue au BPA est liée à des maladies telles que les maladies cardiaques et le diabète de type 2. En se basant sur le métabolisme du BPA et ses effets sur le système endocrinien, les scientifiques ont émis l’hypothèse que l’impact sur les enfants va s’amplifier. La preuve des effets délétères de l’exposition de l’homme au BPA est incomplète, mais suffisante pour suggérer que la limitation de l’exposition est justifiée. Davantage d’études sur les femmes enceintes et les jeunes enfants sont nécessaires pour clarifier les effets endocriniens du BPA sur cette population vulnérable.